Les meuniers sont-ils en voie de disparition ?

Que deviennent les meuniers ? Jusqu’à la fin du 20e siècle, on comptait pas moins de 1 000 moulins en France … Un nombre qui aujourd’hui avoisinerait davantage les 400.

Les meuniers traditionnels ont-ils déjà disparu face à l’industrialisation ? Pourquoi le nombre de moulins, petits ou grands, ne cesse de chuter ? Comment a évolué le métier de meunier ? À quoi ressemblera-t-il dans les prochaines années ?

Robert Lallemant, petit meunier dans l’Auxois essaie de survivre à l’industrialisation et à l’évolution de son métier. S’ils sont plus modernes, les moulins industrialisés souffrent aussi. Des maux liés à l’évolution de la consommation du pain. Explications avec Loïc Viguier du Moulin Decollogne.

Suite à la publication de ce reportage, le groupement Petits Moulins de France a souhaité faire valoir son droit de réponse à travers le communiqué de presse suivant :

Petits Moulins de France
Comme les grands, avec un supplément d’âme

Tous secteurs d’activité confondus, il est de coutume et c’est un mal français, de ne souvent parler que des fleurons de notre industrie nationale comme s’ils constituaient une forme d’exemplarité. C’est parfois vrai, mais ce n’est pas non plus systématique.

Tous secteurs confondus à nouveau, il existe une formidable richesse de PME-TPE dans notre pays en lien avec des savoir-faire régionaux, des territoires précis, différentes formes de cultures et notre histoire, riche et structurante.

À l’heure où il serait question de tout massifier, de tout mondialiser, de tout financiariser, subsiste dans les métiers de la meunerie et de la boulangerie artisanale, une forme d’industrie artisanale qui fait plus que résister, puisqu’elle est une alternative juste et plébiscitée par les consommateurs.

Petits Moulins indépendants et artisans boulangers indépendants défendent des valeurs en liens avec le respect de l’indépendance, la proximité, la valorisation des savoirs-faire artisanaux et régionaux. Le supplément d’âme est là !

Mais que dire alors de la qualité, de la sécurité alimentaire ? La taille de l’entreprise n’est effectivement pas une garantie dans ce registre. Et penser que seuls les grands groupes alimentaires sont en capacité à sécuriser leurs process est une vision erronée et une négation du travail des Petits Moulins de France.

En s’unissant au sein du groupement de meuniers indépendants Petits Moulins de France, les meuniers adhérents ont accès aux mêmes éléments de réassurance qualité que les grands moulins nationaux. Le plan de vigilance sanitaire et une certification du process de chaque moulin en collaboration avec une structure indépendante, LEMPA (laboratoire national de la boulangerie pâtisserie), permettent d’inscrire farines et outils de production dans un process qualité optimal répondant aux attentes du consommateur sur la sécurité alimentaire.

Devenu éxigeant, voire expert, surinformé, mais parfois mal informé par des visions tronquées de ce qu’est la petite meunerie artisanale, le consommateur amateur de vraies saveurs authentiques doit effectivement pouvoir tout connaître de l’origine de son blé et des méthodes d’écrasement.

Comme celle à la meule de pierre de la Ferté-sous-Jouarre par exemple, que seuls de petits moulins perpétuent encore, tradition qui participe du goût et du maintien de ce qui fait l’essence même de la qualité agroalimentaire française.

Alors, n’achetons plus notre pain de la même manière. Inquiétons-nous de connaître la provenance de la matière première, la localisation du moulin, les diplômes professionnels du boulanger (si il l’est vraiment) et le dispositif de sécurité alimentaire de la production prévu pour garantir le process.

Dans ce registre, les petits moulins français familiaux, plus de 400 en France, n’ont pas à être envieux des gros, souffrant simplement sans doute de ne pas pouvoir rayonner autant médiatiquement qu’eux. Petits Moulins de France est dans ce contexte un étendard qui porte haut et fort les couleurs de la petite meunerie artisanal française.

Sur le même sujet :
Comme Noël, Pâques est une fête durant laquelle le chocolat est fortement mis en avant
Le chocolat se consomme sous différentes formes, mais qui ne s'est jamais demandé quelle était
En Bourgogne Franche-Comté, l'artisanat des métiers de bouche regroupe plus de 13.000 salariés. Mais que

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 8128 to the field below:

Dernière modification: 15/03/2017 - Teranima