L’histoire du Chocolat en Bourgogne Franche-Comté

l'histoire du chocolat en Bourgogne Franche-Comté

L’histoire du chocolat en Bourgogne Franche-Comté ne date pas d’hier, elle aurait même près de 250 ans.
© Teranima

Si l’apparition du chocolat n’est pas datée précisément, l’histoire du chocolat en Bourgogne Franche-Comté commencerait à la fin du XVIIIe siècle.

C’est à la fin du XVIIIe siècle que le chocolat acquiert ses premières lettres de noblesse en Bourgogne. En effet, en 1770, Henri Duthu est dijonnais lorsqu’il devient le pharmacien-chocolatier de la reine Marie-Antoinette. Le chocolat est alors une curiosité, mais surtout un met réservé aux riches et aux puissants. On lui prête des vertus aphrodisiaques, mais aussi thérapeutiques. Et si Marie-Antoinette fait appelle à ce dijonnais, c’est bien pour les vertus thérapeutiques du chocolat. Même si l’histoire dit surtout que la reine de France l’utilisait surtout pour masquer l’amertume des médicaments qu’elle se devait de prendre.

Une première chocolaterie en 1862

La toute première chocolaterie dijonnaise verra le jour en 1862, en périphérie de Dijon, dans la rue des Moulins, au bord de l’Ouche. Créée par Théodore Truchot Mauverney, le distillateur chocolatier déposera d’ailleurs deux marques de chocolat en 1865 : Chocolat pour tous et Chocolaterie universelle. Si le chocolatier quitte la chocolaterie en 1866, celle-ci continuera à se développer pour devenir la Chocolaterie de Bourgogne, à la fin du XIXe siècle.

La chocolaterie de Bourgogne, plus de 200 ans d’histoire

La chocolaterie de Bourgogne est aujourd’hui connue entre autre pour les escargots Lanvin. À l’origine, Auguste Lanvin décide de s’installer en Côte-d’Or en 1912 et au cœur de Dijon en 1921, rue Chabot-Charny. C’est son fils, Pierre Lanvin, qui fera passer l’entreprise du stade artisanal à l’échelle industrielle, en déménageant boulevard Carnot en 1926. De neuf salariés, l’entreprise embauche 200 ouvrier, et Pierre Lanvin lancera les fameux escargots de Bourgogne en chocolat en 1935.

La Chocolaterie de Bourgogne, d’hier à aujourd’hui

À la mort de Pierre Lanvin, en 1965, son fils Etienne reprend la direction de l’entreprise et met en place une politique de communication efficace sur le plan national, permettant un important développement. La chocolaterie dijonnaise détient alors entre 6 et 8 % du marché français. C’est en 1967 que débutent les travaux de construction de l’actuelle chocolaterie de Bourgogne, dans la zone industrielle Cap Nord. Aujourd’hui, la chocolaterie de Bourgogne n’appartient plus à la famille Lanvin, mais continue la production d’escargots de Bourgogne en chocolat et bien d’autres chocolats de la marque Chocolaterie de Bourgogne.

Sur le même sujet :
Il existe aujourd'hui en France quelques 4.000 chocolatiers-confiseurs, un métier plutôt récent puisque les premières
Le chocolat se consomme sous différentes formes, mais qui ne s'est jamais demandé quelle était
En Bourgogne Franche-Comté, l'artisanat des métiers de bouche regroupe plus de 13.000 salariés. Mais que

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 5609 to the field below:

Dernière modification: 03/04/2017 - Teranima