Comment s’exporte l’orge brassicole ?

En Bourgogne Franche-Comté, l’orge représente une des principales cultures, avec le blé et le colza. Mais comment s’exporte l’orge brassicole ?

En France il est produit chaque année environ 2,5 millions de tonnes d’orge brassicole d’hiver et 1,8 million de tonnes d’orge brassicole d’été. Dans cette culture, la Bourgogne Franche-Comté occupe une place prépondérante puisqu’elle produit en moyenne près de 500.000 tonne d’orge brassicole d’hiver et pas moins de 150.000 tonnes d’orge brassicole de printemps. C’est cette orge qui est ensuite transformée par les malteurs puis vendue aux brasseurs. Sur la région, pour huit coopératives de Bourgogne Franche-Comté et Rhône-Alpes, c’est Cérévia qui commercialise la matière première.

Deux types de marchés pour un même type de clients

Si le prix de l’orge est établi en fonction des courts eux-mêmes établis sur des données mondiales, le marché de cette céréale est hautement concurrentiel et varie aussi avec la qualité de l’orge. Un marché qui répond à la loi de l’offre et de la demande. Le client principal étant le malteur, il existe ainsi deux types de marchés, le marché français et l’international. La France est aujourd’hui un des principaux exportateurs d’orge dans le Monde et la Chine est le premier importateur.

Laurent Vittoz, Directeur général de Cérévia, à Longvic, nous en dit plus sur l’exportation de l’orge et la commercialisation de cette céréale dont ils ont la charge, en Bourgogne Franche-Comté.

Sur le même sujet :
Il existe aujourd'hui en France quelques 4.000 chocolatiers-confiseurs, un métier plutôt récent puisque les premières
Comme Noël, Pâques est une fête durant laquelle le chocolat est fortement mis en avant
Le chocolat se consomme sous différentes formes, mais qui ne s'est jamais demandé quelle était

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 4653 to the field below:

Dernière modification: 15/03/2017 - Teranima