Le vignoble bourguignon affaibli par de fortes gelées

Ces derniers jours, les vignerons ne sont pas très sereins pour la récolte 2016. Suite à la gelée de la semaine dernière qui a touché près d’un tiers du vignoble bourguignon, le Bureau interprofessionnel des vins de bourgogne (BIVB) cherche des solutions.

C’est dans la nuit du 26 au 27 avril dernier que le phénomène s’est aggravé. Si les gelées de printemps s’étaient installées en Bourgogne depuis quelques jours, les températures négatives de cette nuit en particulier, associées à un temps clair le matin et une forte humidité ont maltraité les bourgeons qui venaient à peine de se former.

Un tiers du vignoble touché

Toutes les parcelles ne sont pas affectées de la même manière. D’après les premières estimations du BIVB, sur les 29 500 hectares de vigne en Bourgogne, environ 6 700 affichent des pertes de 31 à 70% suite au gel. Plus inquiétant encore, 6 800 hectares de vigne comptabilisent une perte entre 71% et 100%. Le problème est qu’il a gelé là où il n’avait jamais gelé. Sur certaines communes, habituées à ces épisodes météo, de nombreux vignerons avaient anticipé ces gelées. Utilisant pour certains la technique de l’aspersion d’eau, pour d’autres des bougies dispersées entre les rangs pour lutter contre le froid. Mais sur le reste du vignoble là où le risque de gel est généralement très faible, les viticulteurs se sont retrouvés démunis.

Impact économique

Suite à cette gelée, qui risque d’affecter le volume de production de vin pour le millésime 2016, certains vignerons pensent déjà à répercuter ces pertes sur les prix. Mais rien n’est encore perdu, en 1991, le vignoble avait réussi à repousser après un épisode de gel. Une nouvelle inspection des vignes se fera d’ici deux à trois semaines pour mesurer l’impact réel sur la récolte. Les acteurs du secteur comptent beaucoup sur les contre bourgeons pour permettre à la vigne de se relancer, même si ces derniers restent moins fructifères que les premiers bourgeons.

bourgeons-vignesDes solutions pour les vignerons

Le ministre de l’agriculture Stephan Le Foll, a déclaré que le gouvernement comptait se mobiliser sur la question des pertes financières. Une cellule de crise régionale a été mise en place et plusieurs mesures d’urgence sont à l’étude, telles que l’allègement des charges sociales pour les viticulteurs les plus touchés et le classement des communes touchées en catastrophes naturelles et en calamité agricole.

Ne reste plus qu’à espérer que la chaleur et les beaux jours à venir permettront aux contres bourgeons de fournir le raisin nécessaire à la production bourguignonne.

 

Sur le même sujet :
La Flavescence Dorée est une maladie bactérienne qui se caractérise, entre
La startup Chalonnaise sera la première plateforme de communication web au
La 86e Foire de Dijon a mis à l'honneur la Rhénanie-Palatinat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 1347 to the field below:

Dernière modification: 16/03/2017 - Teranima